Recherche
Naufrage du Banel dans la baie de Souahlia (1802)

Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Juin 2019  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Mustapha Dey d'Alger, à Bonaparte premier consul de la république Française.

Alger, le 12 août 1802.

De la part du très haut Seigneur Mustapha, Sultan d'Alger, la ville bien gardée, à notre compagnon et notre ami Bonaparte, Premier Consul, Souverain de la République française et de la République italienne. Je vous salue. La paix de Dieu soit avec vous !

Ci-après, notre ami, je vous avertis que j'ai reçu par l'intermédiaire d'un Général de votre garde et par celui de votre Chargé d'affaires Dubois-Thainville votre lette en date du 29 messidor ; je vais vous répondre article par article.

Premièrement, ma réponse est que je désire vous satisfaire sur tous les points (1). Quant au Capitaine Ali, dont vous vous plaignez, quoiqu'il ne soit pas du nombre de mes gens, je l'ai fait arrêter et garrotter pour lui ôter la vie sur-le champ, et dans le moment où j'en avais donné l'ordre, votre Chargé d'affaires et venu Il et m'a demandé sa grâce en votre nom ; je la lui ai accordée en votre faveur et je l'ai mis en liberté.

Secondement, vous vous plaigniez de la prise d'une polacre napolitaine sous le canon des côtes de France. Ce fait vous à été rapporté d'une manière qui n'est point vraie ; cependant, par égard pour vous, j'ai affranchi les 28 matelots qui s'y trouvaient et je les ai fait remettre entre les mains de votre Chargé d'affaires.

Troisièmement, vous réclamez le navire napolitain qu'on dit etre sorti de Corfou avec des papiers français, il n'a point montré ces papiers, mais en votre faveur j'ai affranchi les matelots de ce navire, et ce je les ai remis à votre Chargé d'affaires.

Quatrièmement, vous m'aviez demandé de faire arrêter le Capitaine qui a emmené deux navires de la République française ; par considération pour vous je l'ai destitué, mais je dois vous informer que mes Capitaines ne savent pas lire et que, de tous les écrits chrétiens, ils ne connaissent que les passeports d'usage. Telle la cause de leur erreur dans cette affaire. Il convient que vous donniez ordre aux négociants de prendre avec eux quelques signes distinctifs pour que mes gens puissent les reconnaître.

Cinquièmement, vous réclamez 150 personnes qui ont été, à ce qu'on dit, jetés sur la côte à la suite d'un naugrage. Dieu a disposé de leur sort et il n'en reste pas un seul. ; ils sont tous perdus. Tel est l'état des choses.

Sixièmement, vous dites que les hommes qui se sont emparés de ma confiance mettent le trouble entre vous et moi ; mais nous sommes amis, notre amitié est sincère et ancienne, et tous ceux qui s'interposent entre nous sons des amis communs.

Septièmement, vous désirez que nous soyons amis avec la République italienne et que nous respections son pavillon comme le vôtre. Vos intentions seront remplies ; si tout autre que vous nous l'avait demandé, nous n'aurions pas accordé cet article.

Huitièmement, vous ne voulez pas m'envoyer les 200 000 piastres que j'avais demandées en indemnité des pertes que j'ai essuyées par rapport à vous, et conformément aux promesses de votre Chargé d'affaires, mais soit que vous nous accordiez ou que vous nous refusiez cette somme, nous n'en serons pas moins amis.

Neuvièmement, je me suis entendu avec notre ami, le Chargé d'affaires Dubois-Thainville, relativement aux affaires de la Calle et à ceux qui viennent pêcher le corail. La Compagnie d'Afrique pourra travailler comme auparavant ; j'ai ordonné au Bey de Constantine de la protéger.

Dixièmement, j'ai fait tout ce que vous désiriez pour vous satisfaire sur tout ce que vous demandiez ; je vous prie d'en agir réciproquement de même à mon égard.

Onzièmement, apprenez que je vous respecte et donner des ordres pour ceux qui sont mes ennemis ne puissent naviguer sous votre pavillon ni sous celui de la République italienne, afin d'éviter toute altercation entre nous, parce que je désire rester votre ami.

Douzièmement, j'ai ordonné à tous mes Capitaines de respecter le pavillon français ; le premier qui emmènera un navire puni.

Treizièmement, je vous prie en grâce de donner les ordres nécessaires pour qu'on termine les affaires de Bacri et de Busnach, attendu les pertes qu'ils ont essuyées pendant la réclamation de ces fonds. Je vous prie d'arranger cette affaire, ainsi que Dubois-Thainville me l'avait promis de votre part (2)

Quatorzièmement, notre ami, s'il survient quelques chose entre nous, écrivez-moi vous-même et tout s'arrangera à l'amiable. " Et le salut.

Ecrit à Alger, le 13 de Rebi-el-aker, l'an 1217.
Mustapha Dey et Gouverneur d'Alger
NOTE :

(01) - La division navale du Vice -Amiral Leyssègues arriva le 07 août 1802. Hulin demanda aussitôt une audience à Mustapha, descendit à terre, accompagné du Consul, qui était venu le saluer à bord, et de 15 officiers d'Etat- Major, et déclara que la France était prête à envoyer une armée de débarquement et à détruire Alger de font en comble. Terrifié par cette attitude, le Dey passa aussitôt à l'insolence à une différence absolue, reçut les officiers de l'escadre avec des honneurs exceptionnels dans le plus grand pavillon de ses jardins, et leur donna les plus beaux chevaux de ses écuries. Il accorda toutes les satisfactions demandées, et répondit une lettre aussi humble que celle qu'il avait reçue était hautaine. Le s Consuls étrangers, Falcon, Nordeling, Fraissinet, Bille, représentants de l'Angleterre, de la Suède, de la Hollande et du Danemark, rivalisèrent de prévenances auprès des Envoyés de Bonaparte, et donnèrent en leur honneur les plus brillantes réceptions.

(2) - Bonaparte donna des ordres pour que les comptes de ces Juifs fussent examinés avec soin. Ceux-ci transmirent au Ministre une nouvelle note de leurs créances, montant à 8.151.012 f 54c.

version imprimable · envoyer cette page par email · 4884 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Emprunt (1895)
Emprunt (1895)
Billet 10 D.A 1964 (recto)
Billet 10 D.A 1964 (recto)
Billet 50 D.A 1964 (verso)
Billet 50 D.A 1964 (verso)
Billet 500 D.A 1970 (verso)
Billet 500 D.A 1970 (verso)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir