Recherche
Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Juillet 2018  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Les SMA se souviennent de Moharned Bouras

Le 27 mai 1941

Les SMA se souviennent de Moharned Bouras

Extrait de l'Hebdomadaire l'Eveil n° 03 du 27 mai au 2 juin 1991

Le 27 Mai 1941: Les Scouts Musulmans Algériens, se souviennent de Mohamed Bouras. Le 27 Mai 1941, un jour sombre se lève sur Alger, la 2ème Guerre mondiale fait rage en Europe. Il est 05 heures du matin, c'est l'aube, le moment des exécutions sommaires. Un grand patriote, Mohamed Bouras, celui que tous ceux qui ont milité et militent dans les Scouts Musulmans Algériens, considèrent comme le père de leur organisation, est fusillé, après d'horribles tortures, avec son compagnon Mohamed Boucheraït , sur le terrain militaire d'Hussein-Dey.

Mohamed Bouras meurt en héros, mais son sacrifice n'a pas été vain.

Il devint un symbole et un exemple pour les générations de jeunes depuis cette date, à ce jour.

Il naquit en 1908 à Miliana, issu d'une famille modeste et honorable, il se distingua dès sa tendre enfance par sa soif comme s'il se sentait prédestiné à l'immense tâche qui l'attendait.

L'empreinte des grands destins.

Après avoir fréquenté la Médersa " EI-Falah ", il poursuivit ses études au collège de Miliana, où il devait acquérir une brillante culture bilingue. En 1926, Mohamed Bouras, s'installa à Alger, ce fut le tournant de sa vie.

Il fréquentait assidûment le cercle " EI- Taraki", s'enrichissant au contact des Ulémas, il devint un fervent admirateur de I'Immam Ben-Badis. Il se fit remarquer par son attachement au mouvement libérateur, latent, confirma sa volonté de contribuer à la formation des générations qui mettront fin à l'occupation coloniale de l'Algérie.

Dès 1930, après un bref séjour en France, il cherche un cadre adéquat, pour drainer, canaliser, préparer, les milliers de jeunes aux tâches de la vie quotidienne, et à celles qui leur incombaient du fait même de leur statut de colonisé.

La célébration du centenaire de la colonisation, humiliation cruellement ressentie par le Peuple Algérien dans sa totalité, renforça Mohamed Bouras et d'autres patriotes dans la justesse de leur mission patriotique.

Le groupe " EI-Falah " était crée, en 1934. Les premiers statuts déposés en 1935 furent rejetés pour les mentions suivantes: "Scouts Musulmans Algériens" et "Education para-militaire".

Il furent finalement agrées, en 1936, sans la mention para-militaire. Et au fil des jours, inspiré par la personnalité de Mohamed Bouras, le mouvement amplifia son action, et renforçait sa cohésion, par une présence permanente dans la vie quotidienne des populations.

Une Opération en direction des petits cireurs, permit à de nombreux enfants, grâce aux S.M.A, de suivre des cours du soir, et d'entrer en apprentissage chez des artisans; des chants patriotiques, éducatifs, initiés par Mohamed Bouras et composés par Abderahmane Aziz, firent le tour du pays, fredonnés par la jeunesse.

Le mouvement, parallèlement, participait à toutes les manifestations politiques, congrès, jamborees.

En 1939, les groupes créés dans les autres villes algériennes, devaient se constituer en Fédération Algérienne, ce qui se concrétisa par la tenue d'un premier congrès, en Juillet de cette même année, sous la présidence du regretté Cheikh Ben-Badis.

Le comité directeur était, ainsi mis en place pour la gestion du mouvement, ainsi qu'un quartier général était chargé des activités scoutes: éducation, élaboration et application des programmes d'activités. A cette époque, Mohamed Bouras rêvait déjà, à une "fédération maghrébine du scoutisme, puisque des responsables marocains et tunisiens furent conviés à ce premier congrès.

Plus tard, deux grands événements allaient marquer l'année 1947: Le jamboree mondial des Moissons et le congrès de la F.M.J.D. (Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique), à Prague.

Lors de la première manifestation, la délégation des S.M.A., conduite par le regretté Tedjini Tahar, s'embarqua,à bord du croiseur, le " Georges Leggues" après avoir déjoué la surveillance permanente des policiers, en emportant avec elle, le drapeau national brodé par le groupe de Sidi Bel-Abbès, ainsi qu'un tableau représentant l'Emir Abdelkader, peint par un parent du chef de Tizi-Ouzou.

A Moissons, malgré les précautions des organisateurs, le drapeau fut hissé au moment où les délégations musulmanes s'étaient regroupées pour prier dans la mosquée érigée pour la circonstance. Les Scouts algériens réussissaient ainsi à attirer l'attention de l'opinion musulmane sur les méfaits du colonialisme, en Algérie.

Ainsi, les S.M.A, un siècle après l'exil de l'Emir Abdelkader, en 1847, avaient-ils célébré un centenaire algérien en hissant très haut l'emblème national, sur le territoire même de l'occupant: " La métropole".

L'emblème devait, également, être hissé à Prague par la délégation conduite par le regretté Lagha Omar.

A partir de 1954, le mouvement S.M.A, participa à d'autres manifestations, dont le premier Jamboree arabe du scoutisme organisé en Syrie; Lagha Omar, cheikh Mokhtar Skander gardèrent un souvenir inoubliable de leur séjour.

Le déclenchement de la lutte armée, imprima au mouvement S.M.A., des activités nouvelles en rapport avec les objectifs du combat libérateur: ainsi des refuges, des caches d'armes, des hôpitaux clandestins furent organisés, les contacts avec les moudjahiddines se multipliaient au fil des circonstances, favorisaient le renforcement des rangs de ces derniers, les morchidates, aussi, à l'instar de leur frères, se préparaient à la lutte durant laquelle, nombre d'entres elles se sacrifièrent.

Après l'indépendance, le mouvement scout, après des fortunes diverses, parvenait à poursuivre ses activités en direction des jeunes, auxquels il devait inculquer le respect des principes fondamentaux de la révolution et de la défense des intérêts et de la souveraineté de la nation.

Le Scoutisme en Algérie a été l'école du courage, de l'abnégation et du sacrifice, auprès de laquelle des générations et des générations s'abreuvèrent de connaissances, tout en consolidant leur volonté de libérer le pays de l'occupation coloniale.

Et à ce propos, un hommage particulier doit être rendu à ce grand patriote que fut Mohamed Bouras, dont la vie s'articula autour des objectifs : raviver la flamme patriotique, protéger notre personnalité, notre civilisation et nos acquis et préparer une génération des jeunes en leur inculquant des principes d'hommes libres, et une préparation militaire qui leur permirent d'imprimer au combat révolutionnaire un haut degré de conscience.

Définissant le scoutisme, et rendant hommage à la mémoire de Mohamed Bouras, le regretté et grand poète Moufdi Zakaria déclarait, dans sa cellule de Serkadji : " Le scoutisme ne s'éteindra pas, ne périra pas, car il a été basé sur l'Islam et la Patrie".

Hadi Benyad

version imprimable · envoyer cette page par email · 6666 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Billet de 5 N.F 1959 (verso)
Billet de 5 N.F 1959 (verso)
Billet 20 f  1948 (recto)
Billet 20 f 1948 (recto)
Ticket de transport
Ticket de transport
Elections législatives (1928)
Elections législatives (1928)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir