Recherche
Anciennes Gloires

Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Septembre 2020  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Abdelkader Benbouali

Le passé au présent

Abdelkader Benbouali: un exemple d'abnégation

Par Rabah Saâdallah - Soir d'Algérie 1/2 février 1991 p.08

Au risque de nous tromper, Abdelkader Benbouali est le deuxième footballeur algérien à avoir été international avant la seconde guerre mondiale, il n'a été précédé à ce niveau que par Sid Ali Benouna, qui avait joué son premier match internations en 1935.

Plus exactement, c'est en 1937 que Benbouali devient international à quatre reprises. A cette époque, il jouait comme arrière au F.C Sète, aux côtés de ce même Benouna qui évoluait comme ailier gauche, au moment où le célèbre joueur hongrois Konary dirigeait l'attaque sétoise.

Cela nous incite à dire que, si l'enfant d'El-Asnam est arrivé à ce stade, c'est sans aucun doute, par sa volonté, sa régularité mais surtout par son sérieux depuis son jeune âge.

D'autres footballeurs algériens ont également brillé, en tant que professionnels durant cette décennie de 1930-1940, sans toutefois être des internationaux.

Nous saisissons cette circonstance pour citer certains d'entre eux, ne serait-ce que pour mémoire.

En 1932, le Boufarikois Omar Kessentini jouait au Red Star de Paris, l'autre Boufarikois Maâmar Belhadj évoluait au Stade de Reims en 1934. Alors que le Mascaréen Aoued Meftah opérait entre 1933-1938 à Fives-Lille, Stade de Rennes et Antibes. Moh Saïd Benarab de Dellys, jouait en 1936 aux Girondins de Bordeaux. Rabih d'El-Asnam, était en 1935 à l'Olympique de Marseille. Gnaoui Souilem d'Oran a joué entre 1936 et 1938 à Fives –Lille et au Red Star de Paris. Gogo Nemeur d'El-Asnam, a évolué à l'OGCNice et au Havre entre 1936 et 1938. Chibani Abdelkader d'Oran a joué en 1938 au Red Star de Paris et Missoum d'Alger au F.C.Sochaux.

Maintenant, pour ne pas trop s'éloigner de notre sujet, parlons donc de Abdelkader Benbouali et précisons que durant toute sa carrière, il n'avait côtoyé enfin de compte que des stars du football.

En 1929, alors étudiant au lycée de Ben Aknoun, Abdelkader, âgé de 17 ans, fut repéré lors des matches entre étudiants, par le surveillant général du lycée, il l'invita alors à signer une licence au grand club des universitaires, le RUA d'Alger, une équipe célèbre par excellence en ce temps.

Après quelques rencontres, jouées en catégorie junior, Benbouali, un garçon plein de technique, est intégré en équipe première au poste d'arrière-gauche. Il est pris en main par le goal international du RUA Cottenet, gardien de but de l'équipe de France.

Benbouali a joué pendant deux saisons, le temps de perfectionner merveilleusement son style aux côtés de grands joueurs tels les frères Roger et Raymond Couard, Lucien Jasseron pour ne citer que ceux-là, autrement dit le RUA des années 1930-1938 était l'une des plus fortes équipes d'Afrique du Nord.

En 1931, le docteur Benkheïra Benbouali, l'oncle de Abdelkader qui était installé à Montpellier et connaissait la valeur de son neveu, le fait inscrire dans l'équipe amateur du S.O.Montpellier puis professionnel de 1932 à 1935 toujours comme arrière, un poste où il donna pleine satisfaction aux dirigeants du S.O.M et à ses coéquipiers où figurait notamment l'international Girard, (l'inter de l'équipe de France).

En 1936, Benbouali a rejoint Sid Ali Benouna, natif comme lui d'El-Asnam, au F.C.Sète, un club où figurent aussi des joueurs de haut niveau, comme l'avant-centre hongrois Korany ou l'arrière Fanquès. L'algérien allait séjourner encore pendant deux saisons, durant lesquelles il gagne avec le F.C.Sète le championnat de France de première division en 1937 et la coupe de France en 1938. Avec ces performances, Abdelkader a vu sa carrière prendre l'allure d'une dimension internationale et reçut des offres de l'Olympique de Marseille, il signa en 1938 pour une bourse d'un montant de 250.000 francs de l'époque, il allait encore une fois, côtoyer de célèbres footballeurs tels Bastien, Zateli Aznar, ou encore la perle noire Larbi Benbarek.

La mensualité de Benbouali était égale à celle des vedettes de l'équipe de Marseille, cela confirme en quelque sorte sa valeur de joueur professionnel, au point où les responsables olympiens lui ont fait obtenir un sursis du service militaire, jusqu'à l'âge de 24 ans, puis il est intégré aux tirailleurs avant d'être rappelé pour une année en 1940, passée, à la caserne d'Agen. Quelques mois plus tard, il est démobilisé à Blida à l'âge de 29 ans.

Benbouali revient après la démobilisation dans sa ville natale Orléansville (El-Asnam) et joue pendant une saison au (G.S.O) Groupement Sportif d'Orléansville, puis il passe comme entraineur de l'équipe musulmane de l'A.S.O, pendant quelques temps avant de s'occuper d'une autre formation de la région, celle de l'OCBOFde Oued El Fodda dépendant de l'entreprise Campenon Bernard de la ville et jouant en division d'honneur.

Atteint par l'âge, Benbouali, se retire définitivement des compétitions sportives pour se consacrer à ses obligations professionnelles, de cadre de l'hydraulique jusqu'à sa retraite.

Il convient de préciser que Abdelkader Benbouali est né le 25 octobre 1912 au Douar Temdrara à El-Asnam, fils de l'agha Mohamed Benbouali et il est l'oncle de la martyre de la guerre de libération, Hassiba Ben Bouali.

Abdelkader Benbouali a été arrêté en 1957 pour des activités politiques. Il devait sa mise en liberté à un lieutenant français du camp, supporter de l'Olympique de Marseille, se rappelait de Abdelkader lorsque celui-ci portant les couleurs de l'OM et le maillot tricolore de la sélection française de 1936 à 1938, (4 sélections) alors qu'il jouait au Football Club de Sète, période durant laquelle, il garde les plus beaux souvenirs de sa carrière.

Hélas le tremblement de terre de 1954, de la ville d'El-Asnam a coûté très cher à Benbouali et sa famille. Cependant il met cela sur le compte du destin "mektoub Allah" tout comme son arrestation d'ailleurs qui a laissé également des séquelles préjudiciables auprès des siens.

- Abdelkader Benbouali devait s'éteindre en mars 1997 à Alger à l'âge de 85 ans.

version imprimable · envoyer cette page par email · 2792 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Elections cantonales (1960)
Elections cantonales (1960)
Attestation d'assurance (recto)
Attestation d'assurance (recto)
Billet 10 D.A 1970 (verso)
Billet 10 D.A 1970 (verso)
Certificat médical  (1963)
Certificat médical (1963)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir