Recherche
Textes administratifs historiques

Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Septembre 2019  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Plan d'Urbanisation de la ville - 1955

Commune d'Orléansville

Plan d'Urbanisation de la ville Conférence du 07 Avril 1955

L'an mil neuf cent cinquante cinq et le sept Avril à onze heures, sous la présidence de Monsieur le préfet d'Alger, la municipalité d'Orléansville, assisté de la commission Municipale d'Urbanisme, s'est réunie à l'effet d'examiner le projet d'aménagement et de reconstruction de la ville, présenté par le service départemental d'urbanisme.

Etaient présents :
TREMEAUD Préfet d'Alger.
BISGAMBIGLIA Maire d'Orléansville.
SALAH Abdelkader Adjoint au Maire.
DEBIA Sous-Préfet.
BLACHERE Commissaire à la Reconstruction.
NICOLLE Adjoint au Maire.
DIEMECK
PASQUALINI
BELHOMRI
DE MAISOSEUL Chef du service départemental d'Urbanisme.
ALMIRA Délégué à la Reconstruction.
HANSBERGER Urbaniste.
DAUTREMANT Secrétaire Général de Maire.
WATTEZ Urbaniste communal
SAES Adjoint Spécial de la Ferme
BOUZIDI
DUGONGE Administrateur de la C.I.A.
FONT Conseiller Municipal
JOVER
LALANNE
DUMOULIN
FERAUT
GERARDIN Délégué du M.L.R.
COTRET Agent voyer communal.
M. Le préfet Tremeaud -

Ouvre la séance et explique le but de cette réunion, savoir, d'adoption par le Municipalité du Plan d'Urbanisme proposé. Il ajoute que le premier souci de l'Administration était à la reconstruction rapide de la ville et qu'à cet effet, il avait été nécessaire d'établir au préalable un plan directeur. Ce travail achevé par le service départemental de l'Urbanisme, sous la direction de M. de MAISONSEUL, est aujourd'hui au point et il appartient à la Municipalité de faire toutes les observations et remarques qu'elle jugera utile. Il ajoute que rien de constructif ne pourra être fait si le plan n'est pas homologué après avis du conseil Municipal. Pour permettre à la Municipalité de statuer en toute connaissance de cause, Monsieur le Préfet indique qu'il va passer la parole aux techniciens, en l'occurrence, M.M. BLAGHERE et DE MAISONSEUL, plus qualifiés pour développer tous les points particuliers du plan proposé.

M. BLACHERE -

Explique qu'il désirerait avoir l'avis du Maire sur le projet, afin que tous les points litigieux soient débattus et tranchés avant que ce plan soit soumis à la décision de Monsieur le Gouverneur Général pour homologation. Il dit que, personnellement, il a donné son accord sur le projet et signé le plan, car ce dernier respecte les vues de l'Administration Supérieure, tant en ce qui concerne le maintien de la ville à son emplacement actuel que pour le développement Est et Ouest de la ville (création de faubourgs). Il ajoute que les quartiers de la Bocca Sahnoun et de la Ferme seront aménagés et remodelés.

M. BISGAMBIGLIA -

Remercie Monsieur le préfet d'Alger et Monsieur BLACHERE de leurs exposés, mais avant de passer à d'autres questions, il déclare s'étonner que le projet prévoie la démolition de tous les immeubles implantés entre les rues Bouteloup, Saiah Henni et le Chéliff pour en faire de la verdure, alors que les propriétaires dont il a reçu les doléances refusent de démolir et de quitter leurs emplacements.

M. DE MAISONSEUL -

Répond que la rue Sayah Si Henni est frappée d'alignement en raison de la présence de la nouvelle voie d'accès à la ville qui nécessite une courbe assez large permettant une bonne visibilité pour la circulation automobile. Il précise que tous les habitants de ce quartier seront recasés dans des immeubles à deux étages prévus au plan. Il ne voit, en ce qui le concerne, pas de difficultés majeures.

M. BLACHERE -

Rassure Monsieur BISGAMBIGLIA, en précisant que tous les propriétaires expropriés gardent tous leurs droits, tant au point de vue valeur foncière des terrains et immeubles rétrocédés qu'au point du vue recasement. Il s'agit simplement de trouver des terrains de remplacement.

M. BISGAMBIGLIA

Dit qu'il y a lieu avant de se prononcer, de consulter tous les propriétaires intéressés.

M. LE PREFET TREMEAUD -

Fait remarquer que la décision doit être prise par la municipalité elle-même et non par les propriétaires, car il lui parait inopportun d'organiser un referendum. Il y a lieu, à son avis, de trancher la question aujourd'hui même, afin d'éviter les retards dans le programme de reconstruction. Après discussion, la Commission Municipale et la Municipalité, se rangeant à l'avis de M. le Préfet, décident d'émettre un avis favorable au projet d'aménagement des rues Bouteloup et Sayah si Henni.

M. BISGAMBIGLIA -

Pose alors la question de l'implantation de la nouvelle Mairie, de l'Eglise sur et du marché aux légumes. Il propose de placer la Mairie sur l'emplacement de la gendarmerie. Il ajoute que les Orléansvillois désireraient voir le marché aux légumes sous la place Paul Robert, aménagée à cet effet.

M. NICOLLE (I° Adjoint) -

Ajoute qu'il existe déjà un courant commercial qu'il ne faudrait pas faire disparaître, les commerçants désirant la maintien du marché sous la place Paul Robert.

M. BLACHERE -

N'est pas d'accord sur ces propositions, il ajoute que la place Paul Robert et le quartier Saint-Réparatus sont le cœur de la ville. Il prévoit dont la reconstruction du quartier Saint réparatus où serait implanté le marché aux légumes, en bordure de la place Paul Robert, le déplacement de l'axe commercial serait de l'ordre d'une quinzaine de mètres et dans ces conditions, rien ne peut léser les commerçants. Il ajoute, qu'il a constaté que la ville ne possédait pas de forum et que l'occasion s'offrait d'en créer un en aménageant la place Paul Robert, à condition, toutefois, de ne pas exiger la présence d'un marché sous cette place, ce qui serait contraire au bon ordre architectural. Il ajoute, qu'il pourra être offert à tous les commerçants du quartier Saint-Réparatus un emplacement identique à celui qu'ils possèdent, mieux approprié encore. Sur une question posée par le Maire, Monsieur Blachère répond qu'il s'engage à reconstruire le quartier Saint-Réparatus dans un délai de deux ans, à condition qu'il ait les mains libres.

M. LE PREFET TREMEAUD -

Après les explications fourniers par M. le Commissaire à la Reconstruction, demande l'avis de la commission sur le projet de démolition et de reconstruction du quartier Saint-Réparatus. La Municipalité et la Commission Communale donnent leur entier accord, sous réserve que les commerçants soient tous recasés dans le quartier. M. le Préfet propose ensuite à la Municipalité d'émettre son avis sur les projets ci après:

1- HOTEL DE VILLE-

A reconstruire - emplacement prévu sur la façade nord de la place Paul Robert. ADOPTE

2- MARCHE COUVERT-

Le projet de reconstruction de l'église sur le boulevard promenade, ancien boulevard Nord, au droit de la rue Franchi est abandonné. La municipalité propose de reconstruire l'église sur la place Victor Hugo. Cette proposition est ADOPTEE sous réserves d'étude par le service d'urbanisme des emplacements.

4- HOTEL DES P.T.T -

A reconstruire - Transféré à l'emplacement de l'ancienne Ecole Lallement. ADOPTE

5- NOUVEAU COLLEGE -

A construire dans l'angle sud-est du carrefour de la rue du Dr. Franchi et du boulevard sud, sur 5 hectares (terrains du patrimoine coopératif). ADOPTEE sous réserve que des terrains libres soient prévus en vue de constructions ultérieures.

6- HOPITAL REGIONAL D'ORLEANSVILLE -

réparable, maintenu à son emplacement.

7-NOUVEL HOPITAL D'ARRONDISSEMENT ET CENTRE ANTI TUBERCULEUX

A construire à l'emplacement retenu avant le séisme. ADOPTE

8- GROUPE SCOLAIRE LALLMENT

(Avenue Carnot), réparable, pas de changement. ADOPTE

9- ECOLE DE FILLES -

(Rue Leblond) - réparable, sans changement. ADOPTE

10- ECOLE MATERNELLE -

A reconstruire et à transférer dans l'îlot du nouveau groupe Lallement. - M. BISGAMBIGLIA dit n'être pas d'accord et demande le maintien de cette école à son ancien emplacement.

M. BLACHERE

répond qu'il y aurait lieu de savoir ce qu'il conviendrait de faire du terrain de l'arsenal et ce qu'il faudrait y mettre à sa place? A son avis, l'emplacement proposé par l'Urbanisme répond bien au but recherché, savoir, le regroupement des écoles dans un même îlot, que par ailleurs, l'emplacement de l'ancienne école maternelle pourrait convenir à la construction d'H.L.M. La Commission, à l'unanimité, donne son accord sur la proposition de M. BLACHERE. ADOPTE

11- HOTEL DE LA POLICE -

Le choix est laissé à la Direction de la Sécurité entre, un emplacement à proximité du nouveau Palais de Justice et le terrain à l'angle sud-est de l'avenue Carnot et de la rue Cavaignac. Le Maire fait observer qu'il y a lieu de retenir le deuxième emplacement, le Commissariat de la Police devant se trouver normalement au centre de la ville. La Commission adopte ce point de vue et décide de fixer l'emplacement de l'Hôtel de la Police, dans l'angle sud-est de l'avenue Carnot et de la Cavaignac. ADOPTE

12-LOGEMENT DES FONCTIONNAIRES -

Emplacement proposé : terrain de l'ancienne école de filles, avenue Carnot. ADOPTE

13- PALAIS DE JUSTICE -

A reconstruire - Transféré sur la nouvelle place administrative à proximité de la Sous-Préfecture. ADOPTE

14- MAHKAMA ET JUSTICE DE PAIX -

A reconstruire au même emplacement que le nouveau Palais de Justice. ADOPTE

15- MAISON D'ARRET ET GENDARMERIE -

Transférés à l'arrière du nouveau Palais de Justice. ADOPTE

16- MAISON CENTRALE -

A reconstruire - Transférée sur le terrain anciennement destiné au nouveau collège (pépinière). ADOPTE

17- HOTEL DES PONTS ET CHAUSSEES -

Réparable, sans changement. ADOPTE

18- BATIMENTS DU SERVICE DE L'HYDRAULIQUE

Réparable, sans changement. ADOPTE

19- MOSQUEE -

A reconstruire sur le même emplacement, étendu. ADOPTE

20- SYNAGOGUE -

A reconstruire sur le même emplacement, étendu. Proposition adoptée. M. le Commissaire à la Reconstruction fait observer que l'agrandissement demandé ne pourra être réalisé par le M.L.R. Il ne peut s'agir, en l'occurrence, que d'une initiative privée. ADOPTE

21- S.A.P -

A reconstruire dans le quartier de la sous-préfecture. ADOPTE. Le plan des bâtiments devra être communiqué à monsieur le président SAIAH.

22- MARCHE HEBDOMADAIRE -

A transféré de son emplacement actuel sur le terrain MOYNE (pépinière).

23- HOTEL DU COMMANDANT D'ARMES -

Réparable, maintenir sur son emplacement. ADOPTE

24- BATIMENTS DES SERVICES DU GENIE - INTENDANCE -

Maintenus à leur emplacement actuel. ADOPTE

25- CERCLE MILITAIRE -

A reconstruire dans l'îlot rue Lourmel. ADOPTE

26- CASERNEMENTS DE GARDE MOBILE -

A créer au sud du carrefour rue de Mostaganem - boulevard Sud. ADOPTE

27- CANTONNEMENTS -

A reconstruire sur une nouvelle implantation située au sud de la bocca Sahnoune. ADOPTE

28- GARE ROUTERE -

Réalisation privée (sic) dans l'îlot de l'ancienne manutention à proximité du nouveau carrefour route nationale n° 4, route nationale n° 19. Prévue. M. le président Saiah demande qu'il soit prévu un parking pour les poids lourds. ADOPTE.

29- GARE C.F.A -

A reconstruire au même emplacement. ADOPTE

30- AERODOME -

Pas de modification. ADOPTE

31- HELIPORT -

(Terrain pour hélicoptères) - implantation prévue à l'Ouest des cimetière. ADOPTE

32- SOUS - PREFECTURE -

A réparé, pas de changement d'implantation. ADOPTE

33- DAR EL ASKRI -

A implanter sur le terrain du cercle du G.S.O. Côté Nord. ADOPTE

M. le Président Saiah

demande la parole pour obtenir des précisions au sujet de l'aménagement des quartiers de la bocca Sahnoune, de la Ferme, et du recasement de la population en cas de démolition partielle ou totale de ces quartiers.

M. DE MAISONSEUL

répond à M. le président SAIAH que son service s'est tout d'abord heurté à des difficultés pour établir le premier travail de base savoir, la reconstruction du plan parcellaire de ces quartiers. Il ajoute, que ces difficultés provenaient du fait qu'à l'origine aucun plan de lotissement n'avait été établi et que tous les terrains à bâtir avaient été morcelés et vendus irrégulièrement.

Actuellement, le service de l'urbanisme a pu reconstituer le parcellaire après recherches et enquêtes auprès des géomètres locaux et que l'O.T.H. avait été chargé des études techniques en vue de l'assainissement de ces quartiers, que par ailleurs, le service de l'hydraulique était chargé de résoudre la question de l'alimentation en eau potable.

Il ajoute que ces études seront terminées d'ici une quinzaine de jours et les projets soumis au M.L.R. pour exécution.

En ce qui concerne le recasement de la population, M. DE MAISONSEUL précise que toutes les familles dont les habitations seront à démolir, seront recasés sur des emplacements réservés dans une zone où sont même prévues deux écoles, des places publiques avec éléments commerciaux.

M. le président Saiah -

Remercie M. DE MAISONSEUL, des précisions apportées et ajoute qu'il serait utile de prévoir un bureau de poste à la bocca Sahnoune. Cette proposition est adoptée.

M. BISGAMBIGLIA -

Signale au Commissaire à la Reconstruction que les gens de la bocca Sahnoune et de la Ferme continuent à construire sans autorisation.

M. Le président SAIAH -

Répond que ces propriétaires ont, par le fait l'autorisation tacite de la Municipalité, puisqu'on n'a jamais exigé d'eux un plan de lotissement, et que, par ailleurs… (NDL - il manque une partie du texte)

….tués à proximité de la Sous-Préfecture, mais avec obligation de construire immédiatement. Il ajoute que des indemnités ou soultes pourront être payées à ceux qui auront déjà construit un immeuble sur le terrain du Patrimoine.

M. BISGAMBIGLIA -

S'étonne de constater que M. le Commissaire à la Reconstruction ait réussi à obtenir les terrains militaires d'une façon aussi rapide, alors que la Commune d'Orléansville les demandes depuis dix ans, sans résultats. Il s'étonne également de la commune était toute disposée à les recevoir en vue de les lotir.

M. BLACHERE -

Répond qu'il y avait urgence et que cette opération était nécessaire pour mener à bien la mission de reconstruction qui lui a été confiée par le Gouvernement. Il précise d'ailleurs qu'il a pu obtenir ces terrains par voie d'échange et non à titre gratuit.

M. NICOLLE -

Adjoint, propose de laisser libre tous ces terrains et de réaliser le programme C.I.A. sur des terrains du domaine forestier situés au dessus de la gare C.F.A.

M. BLACHERE -

Rétorque qu'il s'agit d'aller vite et que le temps manque pour réaliser cette opération, les formalités de cession des terrains forestiers en questions étant très longues.

M. LE PREFET

dit, qu'il y a lieu de clore la discussion et sollicite l'avis de la Municipalité et celui de la Commission Municipale sur l'opération C.I.A.

Après discussion et à l'unanimité des membres présents. Il est convenu et arrêté ce qui suit :

60 villas sur l'emplacement du marché hebdomadaire actuel. 10 villas sur le terrain de la pépinière communale au nord dudit marché. 10 villas sur l'emplacement du Bastion Nord de la ville. Soit au total 80 villas, dont la C.I.A fournira les plans d'implantation et les plans des bâtiments.

Avant de clore la séance, la Commission décide l'implantation d'une Ecole Maternelle sur l'ancien jardin scolaire, d'une superficie d'environ 2000 mètres carrés.

L'ordre du jour étant épuisé, Monsieur le préfet lève la séance à 13 heures 30.

Fait à Orléansville, le sept Avril mil neuf cent cinquante cinq.

version imprimable · envoyer cette page par email · 3045 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
simca-aronde
simca-aronde
Elections législatives (1951)
Elections législatives (1951)
Billet 10 D.A 1964 (recto)
Billet 10 D.A 1964 (recto)
Elections  municipales (1935)
Elections municipales (1935)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir