Recherche
Le Cheliff et l'enseignement

Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Décembre 2018  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Nos écoliers


24 janvier 1859:

Réunion extraordinaire du conseil municipal de la commune d'Orléansville, pour l'examen du projet de construction d'une école de garçons en ville. Les documents nécessaires au projet (plan, devis et cahier des charges) sont présentés au conseil municipal.

06 février 1860 :

Dans la séance de délibération, le commissaire civil, maire d'Orléansville, M. Poulhariès fait remarquer à l'assemblée l'inexistence d'une école primaire à la Ferme, malgré que sa population est estimée à 320 habitants. Par contre Pontéba, dispose de deux établissements scolaires pour une population totale de 169 habitants (école des filles 06 ; école des garçons 09).

13 juillet 1860 :

Arrêté du gouverneur général de l'Algérie, le maréchal Pelissier, duc de Malakoff, portant création d'une école arabe-français au village des Heumis (subdivision d'Orléansville).

09 février 1862:

Le nouveau commissaire civil, maire de la commune d'Orléansville, Frantz de Lienhart rend compte au conseil du décès de M Curtillet, instituteur au village de la Ferme (emporté par la maladie de labgal). Vu le nombre réduit d'élèves qui fréquentent cette école (04 garçons et 03 filles), le conseil décide la suppression de cet établissement scolaire.

14 août 1862 :

Incendie à l'école des filles d'Orléansville, sans grand dégâts (charpentes de l'établissement partiellement détruite), feu maîtrisé grâce au concours des sapeurs pompiers, de la milice, et de la troupe.

20 février 1865:

Création de deux écoles arabe-français, l'une aux Medjadjas (subdivision d'Orléansville), l'autre à Ouled-Farès.

31 octobre 1865 :

Arrêté du gouverneur général portant création d'une école arabe-française dans la tribu de Mtalasa ([auj. Talassa] cercle de Ténès).

02 février 1867:

Une école arabe-française est créée dans la tribu de Bourached (aujourd'hui chef-lieu de commune dans la wilaya de Aïn-Defla).

07 octobre 1876:

deux jeunes indigènes d’Orléansville (Abdelkader Bensahnoun et Mohamed Ben Ziane) sont admis au lycée d’Alger.

24 septembre 1877 :

Madame Marie Eléonore Croquet, en religion sœur Julie, nommé directrice de l'école publique d'Orléansville en remplacement de Madame Serp, sœur Louise.

09 décembre 1878 :

Désormais, les cours d'arabe, sont dispensés à l'école d'Orléansville.

26 octobre 1881 :

mademoiselle Joséphine Salembier, nommée en qualité de directrice de l'école laïque des filles d'Orléansville.

15 juillet 1905 :

Lettre n° 2252 de M le Recteur de l'Académie d'Alger relative au projet de création d'une école supérieure de garçons à Orléansville avec une section agricole, section industrielle et un internat pour 50 élèves.

Lundi 30 mai 1910

huit élèves de la région d’ Orléansville, réussissent le l’obtention du certificat d’études primaire spécial aux indigènes. Sont admis : Ouazane Abdelkader ; Bendamardji Rachid ; Benouna Ahmed ; Bessekri Mohamed ; Brahmia Bachir ; Damardji Ahmed ; Kouidri Belkacem (Orléansville) ; Benslimane Lahcène d’Oued-Fodda.

1910 :

Le jeune Mostefaoui Mohamed de l’école de Heumis, a été reçu au cours spécial aux indigènes de l’Ecole Normale d’Alger Bouzaréa. Sur 17 élèves venus de pays arabes, il a été le seul candidat admis.

20 janvier 1915:

A la suite de l'achèvement de construction d'une école à la Ferme (aujourd'hui Hay- El-Houria), la commune d'Orléansville fait procéder à la réception définitive du projet et décide le remboursement à M Karcelès le 1/10 de garantie retenue comme cautionnement.

25 avril 1924 :

Le journal officiel, relate une déclaration faite à la Sous-Préfecture d'Orléansville, par l'Association " Ligue du Cheliff ", dont le siège est situé à Orléansville et qui a pour objet la protection et l'encouragement de l'enseignement laïque.

17 janvier 1928 :

Le conseil municipal de la commune d'Orléansville, demande au Gouverneur Général de l'Algérie de réserver le lot domanial n° 171 bis, pour la construction d'une école primaire supérieure des garçons à Orléansville (construite en 1930).

30 mai 1928 :

L'école maternelle d'Orléansville, compte à cette date un effectif de 211 élèves. Au 1er octobre de la même année (soit à la nouvelle rentrée scolaire 1928-1929), 55 élèves (dont 29 filles) la quitteront et 156 y reviendront ainsi répartit (71 enfants de 5 à 6 ans "grande section " et 85 enfants de 2 à 5 ans "petite section ").

30 octobre 1929 :

Gouverneur Général de l'Algérie par lettre n°4883, donne son aval pour la construction à Orléansville d'une école primaire supérieure de garçons.

05 septembre 1932 :

Par envois n° 6425 et 6426, le Maire de la commune d'Orléansville transmet un avis respectivement à M Pasqualini (pour insertion à la Dépêche algérienne) et au journal le "Progrès" l'avisant de l'ouverture de l'école primaire supérieure d'Orléansville le 01 octobre 1932.

09 mars 1946 :

Vu l'éloignement de l'école indigène de Chettia (aujourd'hui chef-lieu de commune), du puits alimentant en eau potable la Bocca, le maire de la commune d'Orléansville décide le recrutement à titre précaire et révocable, de Madame Nasri Kheïra, pour le transport journalier par sceau à l'école avec un salaire de 600 francs.

version imprimable · envoyer cette page par email · 3015 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Billet de 5 N.F 1959 (verso)
Billet de 5 N.F 1959 (verso)
 50 francs
50 francs
Billet 5 D.A 1970 (verso)
Billet 5 D.A 1970 (verso)
Referendum (1976)
Referendum (1976)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir