Recherche
Cheliff, grenier de l'Afrique

Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Juin 2024  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

I- Caractères généraux

Le Régime du Chéliff dans la Plaine d'Orléansville (1) PAR X. YACONO .

PROFESSEUR A L'ECOLE PRIMAIRE SUPERIEURE D'ORLEANSVILLE MEMBRE DE LA SOCIETE HISTORIQUE ALGERIENNE

In Revue Africaine n° 79 1ère Partie - Année 1936 - Alger OPU - pp. 253/266

C'est un fait d'observation courante que le Cheliff, bien que le plus long des oueds algériens, possède également un régime très irrégulier. Notre but est de mesurer tout d'abord l'ampleur de cette irrégularité dans une région donnée - (cette région est la plaine du Cheliff, entre le barrage de Pontéba à l'Est et celui de Charon à l'Ouest) - et ensuite d'en déterminer si possible les causes avec quelque précision. Avant toute chose il paraît utile de donner certains chiffres moyens qui serviront de base pour apprécier et ensuite expliquer les irrégularités.

L'abondance moyenne d'un cours d'eau s'exprime par son module, c'est-à-dire " la moyenne à la seconde de tous les débits de l'année", Au barrage de Pontéba, pour la courte période envisagée, ce module atteint 21 m3, ce qui correspond à plus de 23 m3 à la seconde à Charon. Mais sur l'ensemble de la période 1923-1935 au barrage de Charon, le module tombe à 18 m3, soit un débit très faible pour un cours d'eau de 700 kilomètres.

Au cours de la période 1923-1935, au barrage de Charon, le Cheliff a charrié une moyenne de 550 millions de m3 d'eau, ce qui ne représente qu'une faible partie de l'eau tombée dans son bassin comme le prouve le calcul de son Coefficient d'écoulement. Pour ce calcul nous ne disposons malheureusement que de la superficie du bassin versant au barrage de Pontéba. Aussi, bien que nous ne possédions que de peu de chiffres de débit, il nous faut calculer le coefficient d'écoulement au barrage de Pontéba. Voici les chiffres sur lesquels nous nous basons :

- Débit total annuel: 743.994.084 m3.

- Superficie du bassin: 19.150 km2.

- Quantité annuelle moyenne des pluies tombées pendant les années correspondant aux observations de débit: 502 m/m (moyenne de 20 stations réparties dans le bassin considéré).

D'où le calcul: Volume d'eau tombée : 0,5 X 19,150.000.000 m2 = .575.000,000 m3 Coefficient :

744
_____
9.575
__
__
7,7 %

Ce chiffre très, faible s'explique par l'importance de l'évaporation.

NOTE:

(1) Les observations précises manquent pour permettre l'étude du régime du Cheliff pendant une très longue période. Toutefois nous avons pu nous procurer les chiffres détaillés des débits à Pontéba en 1927, 1928, 1929, 1930 et 1932, et à Charon de 1923 à 1935. Cette dernière période surtout est intéressante à considérer malgré le manque d'observations en 1928, année pendant laquelle le barrage de Charon, très endommagé par les crues de 1927, étant soumis à des réparations, les calculs de débit n'ont pu avoir lieu. C'est sur l'ensemble de ces chiffres que se basent nos conclusions.

version imprimable · envoyer cette page par email · 2413 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Certificat médical  (1963)
Certificat médical (1963)
Billet 10 D.A 1970 (recto)
Billet 10 D.A 1970 (recto)
Convocation (1953)
Convocation (1953)
Note de service (1953)
Note de service (1953)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir