Recherche
Chronologie Chéliffienne

Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Novembre 2019  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

1860-1869

1860
Samedi 07 janvier : Laurent Gentet, débitant et épicier, rue de Rome à Orléansville, autorisé à l’effet de placer au-dessus de son établissement l’inscription suivante : « Café de la porte de Ténès, jeu de boules chez Gentet fabricant de limonades marchand de combustibles, vins et liqueurs ».
Lundi 09 janvier : Une gratification de cent francs, est accordée à Monsieur Pascal, secrétaire de la mairie d’Orléansville, en témoignage de satisfaction pour le zèle et l’intelligence dont il a fait preuve dans l’expédition des affaires de la commune durant l’année 1859 et surtout dans la tenue des registres de l’état civil.
Mardi 10 janvier : La circulation est interdite sur le pont en bois du Chéliff, en raison de la grande crue de la rivière et la vétusté de l’ouvrage.
06 février : Dans la séance de délibération, le commissaire civil, maire d’Orléansville, M. Poulhariès fait remarquer à l’assemblée l’inexistence d’une école primaire à la Ferme, malgré que sa population est estimée à 320 habitants. Par contre Pontéba, dispose de deux établissements scolaires pour une population totale de 169 habitants (école des filles 06 ; école des garçons 09).
03 mai : El-Hadj Belkacem, autorisé par le maire d’Orléansville, a exploité un restaurant indigène à la rue des jardins (la Ferme).
20 juin : Ahmed Ben Raïs, autorisé à ouvrir un café maure rue d’Illens à Orléansville
Jeudi 12 juillet : Installation du nouveau conseil municipal de la commune d’Orléansville en vertu de l’arrêté du Gouverneur Général de l’Algérie du 30 juin 1860 : MM. Poulhariès, commissaire civil, faisant fonction de maire ; Augustin Géoffroy, Pierre Paulet et Joseph Mazuy, respectivement adjoint au chef-lieu, à Pontéba et la Ferme. MM. Louis Autin, Antoine Motte, Laurent Leydet, Charles Brignoli, Louis Dumont (nouveau conseiller municipal en remplacement de Godefroy Robert) et Mustapha Pacha (conseillers municipaux).
30 juillet : Arrêté ministériel : cent cinquante trois hectares, dix huit ares et quatre vingt cinq centiares de la forêt domaniale de Montenotte (cercle de Ténès), sont soumis au régime forestier.
11 octobre : L’ancien tirailleur, Maâmar ben Kaddour, nommé en qualité de garçon de bureau de la commune d’Orléansville, en remplacement de Faulhaber démissionnaire.

1861
janvier : Interdiction de la circulation sur le pont en bois du Chéliff en raison de la crue de la rivière. Elle ne sera rétablit que le 25 janvier de la même année.
10 février : Nomination de Djilali ben Ali comme garçon de bureau de la commune d’Orléansville, en remplacement de Maâmar ben Kaddour, démissionnaire.
07 mars : La circulation sur le pont en bois du Chéliff, est interdite aux voitures, charrettes, attelés de plus d’un cheval.
14 avril : Le conseil municipal de la commune d’Orléansville, vote la tarification à appliquer aux marchés intérieurs et extérieurs de la ville (droits de mesurage de place et de stationnement des animaux mis en vente). Exemples : mesurage : huiles (l’hectolitre) 2,50 f ; droits de place : charrette attelée d’un cheval 0,25 c ; animaux mis en vente : chevaux, mules et mulets par tête 0,20 c
02 mai : Adda ben Foudad, Caïd des Ouled Kosseïr gherrabas), nommé en qualité de conseiller municipal, en remplacement de Si Mustapha Pacha, démissionnaire.
10 mai : Convention entre la commune d’Orléansville et le service du génie, relative à la location à la commune du champ de manœuvre pour l’installation tous les dimanche du marché arabe à 4 francs l’an. Opérationnel à compter du 1er juillet 1861.
Mai : Un crédit de 1800 f réservé par le conseil municipal pour la restauration du grand bassin avec jet d’eau de la place d’armes, qui n’a pas reçu depuis deux ans de l’eau à causes de grandes fissures constatées dans son fond.
14 juin : Au matin, le grand bassin avec jet d’eau de la place d’armes d’Orléansville, devient opérationnel après avoir été restauré. 490 f 82 a été dépensés pour désintéresser M Jean Bianchi tâcheron qui a exécuté les travaux de réfections.
17 juin : Début de l’opération du dénombrement de la population européenne et indigène à travers la commune d’Orléansville et ses annexes, la Ferme et Pontéba.
24 juin : Les nommées Djilali Belkacem, Miloud Bounoua et Salah Benarifi (courtiers à Orléansville), sont frappés d’interdiction pour un mois d’exercer leur métier.
13 juillet : Arrêté du gouverneur général de l’Algérie, le maréchal Pelissier, duc de Malakoff, portant création d’une école arabe-français au village des Heumis (subdivision d’Orléansville).
12 octobre : L’horloge publique de la commune, installée en ville (très ancienne), cesse de fonctionner. Un crédit de 200 f est dégagé pour sa réparation au mois de novembre 1861 par le seul horloger qui existe à Orléansville.
29 novembre : Le maréchal Aimable Jean Jacques Pelissier (1794-1864), se rend à Orléansville, après avoir visité la province d’Oran. Une grande réception lui a été offerte à cette occasion et un bal organisé à son honneur dans la salle du cercle civil. Lors de cette visite deux arcs triomphaux ont été dressés, l’un à la porte de l’Ouaresenis (entrée du gouverneur général), le second devant le cercle civil, sur la place d’armes.
Novembre : A cette date existe en ville trois fontaines publiques : l’une installée à la rue Etourneau, la seconde dans la rue de Rome et la troisième à la place de la Mosaïque.

1862
02 janvier : Un crédit de 2000 f alloué par le conseil municipal de la commune d’Orléansville, pour le sondage d’une conduite d’eau dans la pépinière pour alimenter la ville en eau potable. IV- Frantz Lienhart Commissaire civil (1862-1864)
09 février : Le nouveau commissaire civil, maire de la commune d’Orléansville, Frantz de Lienhart rend compte au conseil du décès de M Curtillet, instituteur au village de la Ferme (emporté par la maladie de labgal). Vu le nombre réduit d’élèves qui fréquentent cette école (04 garçons et 03 filles), le conseil décide la suppression de cet établissement scolaire.
10 février : Le maire de la commune d’Orléansville rend compte au conseil que le préfet d’Alger à allouer à la commune un crédit de 9000 f pour la construction d’un pont de bateaux sur le chéliff en remplacement de l’ancien pont très vétuste.
Février : Frantz de Lienhart, nommé commissaire civil, maire d’Orléansville, par le préfet d’Alger, en remplacement de M. Poulhariès.
14 août : Incendie à l’école des filles d’Orléansville, sans grand dégâts (charpentes de l’établissement partiellement détruite), feu maîtrisé grâce au concours des sapeurs pompiers, de la milice, et de la troupe.
Octobre : La forêt domaniale de l’Oued-Ras, d’une superficie de 330 hectares environ (cercle d’Orléansville), soumise au régime forestier.
27 décembre : La forêt domaniale du bois de la montagne rouge au territoire des Ouled Kosseïr, d’une superficie de 351 hectares (cercle d’Orléansville), soumise au régime forestier.

1863
09 juin : El-Madani ben Houra, autorisé par le maire d’Orléansville, d’ouvrir et exploiter un café maure dans l’enceinte du village de Pontéba (Oum El-Drou).
Mardi 30 juin : Séance d’installation d’un nouveau conseil municipal de la commune d’Orléansville en vertu de l’arrêté du préfet d’Alger du 20 juin : cinq membres du conseil sortant sont reconduit dans leurs fonctions (Lienhart ; Ducoin ; Paulet ; Laguilhac et Adda ben Foudad) ; deux anciens conseillers municipaux de 1857 sont rappelés (Michel Comprédon et Pierre Mino) et trois autres font leurs entrée pour la première fois au conseil (Johane Yung ; André Desroys et François Aumérat qui est désigné adjoint pour la section du chef-lieu).
15 juillet : Le maire d’Orléansville, autorise Jean Baptiste Arviset à exploiter à compter du 01 janvier 1864, l’établissement situé rue Saint-Réparatus, lui appartenant et connu sous le nom de «Café de la colonie », tenu par les frères Rey, locataires des lieux auparavant.
15 novembre : Suppression de la taxe du pain. Rétablit de nouveau le 16 janvier 1867
16 novembre : la forêt domaniale du bois de la pépinière forestière (179 hectares, 66 ares), banlieue d’Orléansville, est soumise au régime forestier.

1864
V- François Aumérat commissaire civil (1864-1866)
03 mai : Le maire de la commune d’Orléansville, considère que les plantations sont fréquemment mutilés dans les jardins publics, fait publier l’arrêté n°22 suivant : « la cueillette des fleurs, des fruits ou des feuilles aux arbres ou arbustes des plantations publiques est interdite, ainsi que le passage dans les plates bandes des jardins publics. Les chiens devront être tenus en laisse ».
18 juillet : Décret impérial, portant classement de cinq routes impériales : 1- Alger-Laghouat par Birkhadem ; 2- Mers-El-Kebir- Tlemcen par Oran ; 3-Stora- Biskra ;4-Alger- Oran, par la route n° 1 , jusqu’à la Chiffa, puis par Bourkika, Orléansville, Relizane, Mostaganem, Arzew ;5-Alger-Constantine.
17 août : La forêt domaniale du bois de Lalla Aouda au territoire des Ouled Kosseïr, d’une superficie de 325 hectares, est soumise au régime forestier.
29 décembre : M. Agnès, commissaire de police à Orléansville, décédé.

1865
20 février : Création de deux écoles arabe-français, l’une aux Medjadjas (subdivision d’Orléansville), l’autre à Ouled-Farès.
01 avril : Décret impérial, portant création de l’arrondissement de Miliana (dont dépendait la commune d’Orléansville).
Juin : : L’empereur Napoléon III (57 ans), traverse la commune d’Orléansville pour se rendre en Oranie, sans marquer une brève halte, ce qui a amené le conseil municipal de la commune de s’indigner, en transmettant une vive protestation lors d’une session extraordinaire, tenue dans les locaux de la mairie.
26 août : La route n°10, Ténès à Orléansville (l’actuelle R.N 19), classée comme route provinciale par décret impérial.
15 septembre : Mise en service (allumage) pour la première fois du phare de Ténès (opérationnel jusqu’à nous jours).
31 octobre : Arrêté du gouverneur général portant création d’une école arabe-française dans la tribu de Mtalasa ( [ auj. Talassa] cercle de Ténès).

1866
20 janvier : Décret impérial portant désignation de 73 tribus nouvelles sur le territoire desquelles, il sera procédé à l’exécution du sénatus-consulte du 22 avril 1863. Circonscription administrative d’Orléansville : Ouled-Kosseïr ; Sbeah du nord ; Ouled-Zian ; Sendjès et Béni-Rached.
24 mars : Délimitation du territoire de la tribu des Heumis (subdivision d’Orléansville); province d’Alger, comprenant une superficie totale de 13,852 hectares.
28 avril : Le territoire de la tribu de Baghdoura (cercle de Ténès), 4,325 h 66 a et 86 c délimité.
24 mai : L’administration préfectorale, approuve la délibération du conseil municipal de la commune d’Orléansville, relative à la passation d’un marché entre la dame Gillibert et la commune d’Orléansville en vue de placer des tables dans le jardin public de la ville.
05 juillet : Dépêche du préfet d’Alger n°3297, relative à l’attribution définitive à la commune d’Orléansville, de l’ancienne pépinière du gouvernement d’une contenance de 24 ha 40 ares et 8 ca.
Mardi 10 juillet : Organisation d’une fête musicale au jardin public de la ville d’Orléansville au bénéfice des victimes de l’invasion des sauterelles. Le prix par personne est fixé à un franc.
Juillet : Début de l’opération du dénombrement quinquennal de la population à travers toute l’étendue de la commune d’Orléansville.

1867
09 janvier: Naissance à Orléansville de Paul Marcelin Robert (futur maire de la ville de 1904 à 1910). Fils du conseiller municipal Marcial Robert.
02 fevrierUne école arabe-française est créée dans la tribu de Bourached (aujourd’hui chef-lieu de commune dans la wilaya de Aïn-Defla).
Jeudi 07 mars : Fait inédit : Ferrandès Angèle Antoinette, âgée de 32 ans, femme de Jacques Selva, 30 ans, journalier, accouche à 9 heures du matin à Orléansville rue de la colonie, d’une petite fille dénommée «Angélique » qui décédera le 15 mars de la même année. Le lendemain vendredi, à une heure et demie du soir (soit 28 heures et ½ après le premier accouchement), elle mis au monde un petit garçon qui sera dénommé «Pierre ».
26 mai : Elections municipales à Orléansville pour le renouvellement du conseil municipal (collège français). Le 02 juin, organisation d’élections municipales pour l’élection des conseillers indigènes musulmans, israélites et étrangers.
Mardi 09 juillet : Séance extraordinaire tenue à 8 heures du matin au siège de la mairie pour l’installation du corps municipal constitué de 12 membres, procédé par M Bruat secrétaire du commissariat civil, chargé de l’intérim en l’absence de titulaire : Auguste Blanc (adjoint au chef-lieu, ff de maire) ; Camille Boudet et Pierre Paulet (respectivement adjoint à la Ferme et Pontéba) ; Martial Robert (né en 1827, père de Paul Robert, maire de la ville de 1904-1910) ; Augustin Casanova ; Nicolas Yung ; Benoit Montagnon ; Philippe Sarrazin (tous français) ; Pierre Mino (étranger) ; Narboni Mardoche (indigène israélite) ; Djilali Ben Sidi Ahmed et Ahmed Azzizi (indigènes musulmans). Il est à noté que huit membres de ce conseil font leurs rentrée pour la première fois (Blanc ; Boudet ; Young ; Sarazin ; Robert Martial ; Mardoché ; Djilali Ben Sidi Ahmed et Azzizi).
Novembre : Suppression du commissariat civil de Cherchell (département d’Alger), créé en 1842 et assassinat à Pontéba (aujourd’hui Oum-Drou), d’André Naudin (un des premiers colons installé à Pontéba en 1848), découvert dans son champ de culture par le garde champêtre, son corps lacéré de 17coups de couteaux.

1868
04 juin : Location du jardin public de la ville d’Orléansville au sieur Cavellié en vue de donner des soirées chantantes et concerts musicaux pendant la période estivale du 01er juin au 30 septembre de la même année.
Juin : Début des travaux de construction du barrage de Pontéba (appelé au début de la colonisation la Prairie), situé à 20 km à l’est d’Orléansville, au lieu dit Bréhiènne (aujourd’hui un petit douar qui dépend de la commune de Ouled-Abbès).
11 juillet : M Camille Chatain autorisé par le maire de la commune d’Orléansville, à tenir ouvert toute la nuit son café situé près le bureau des diligences à la rue d’Isly «café des voyageurs » à l’arrivée et le départ de ces diligences à conditions qu’il n’offre ni chants ni jeux d’aucune sorte dans son débit.
15 août : Organisation à Orléansville de la fête nationale du 15 août. Une grande soirée musicale et chantante fut donnée à cette occasion au public présent.
05 novembre : Suppression du cimetière réservé pour les indigènes situé près le Pont du Tshigaout. Aucune inhumation ne sera faite dans ce cimetière à partir de ce jour. L’autorité municipale argumente sa mesure par l’exiguïté du cimetière qui n’arrive plus à contenir de nouvelles tombes (cette mesure est observée à nos jours dans ce cimetière).

1869
24 février : Décret impérial portant suppression du commissariat civil de Ténès (province d’Alger), institué le 11 janvier 1848.
Octobre : Le conseil municipal de la commune d’Orléansville se disloque de plus en plus : après la démission de Azzizi et Mino, Robert Martial s’en va à son tour.
02 novembre : Décret du préfet d’Alger, relative à la désignation de M. Augustin Casanova, en qualité d’adjoint au maire d’Orléansville, faisant fonction de maire, en remplacement d’Auguste Blanc, démissionnaire.
25/26 décembre : Elections municipales partielles à Orléansville : MM. Michel Comprédon (ancien conseiller en 1857 et 1863), Jeannet Achille (français) élus en remplacement de Robert Martial et Auguste Casanova devenu adjoint pour la section du chef-lieu, faisant fonction de maire à la suite de la démission de M Blanc ; Mohamed Azzizi (indigène musulman) remplace Ahmed Azzizi lors des élections complémentaires du 26 décembre.

version imprimable · Vous devez vous connecter pour poster des commentaires · envoyer cette page par email · 3943 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Liberté (1993)
Liberté (1993)
Certificat médical en 1951
Certificat médical en 1951
Lettre (23/4/1941)
Lettre (23/4/1941)
Certificat médical Dr. Bouguès (A)
Certificat médical Dr. Bouguès (A)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir