Recherche
Chronologie Chéliffienne

Zone de lecture

Pages d’histoire

Administration

Société civile

Accéder aux archives
« Décembre 2018  
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

1920-1929

1920
22 février : Adresse du conseil municipal d’Orléansville à Mr Paul Deschanel (1855-1922), à l’occasion de son investiture à la magistrature suprême de la République française.
Février : Tenue du congrès des maires des communes d’Algérie. Joseph Robert (49 ans), parmi les congressistes.
Décembre : A Orléansville, décès du conseiller municipal Merouani Ahmed Ben Ali à l’âge de 45 ans.

1921
Mars : Début de l’opération du recensement de la population à travers la commune d’Orléansville.
12 décembre : Procès-verbal déclarant Gabriel Dadoun adjudicataire des droits à percevoir sur les marchés et l’abattoir de la commune d’Orléansville, l’intéressé rentre en exploitation pour une période de trois ans à compter du 01 janvier 1922.

1922
22 mars : Une panthère furieuse (elle s’est échappée d’un cirque), attaque dans la région de Flatters (aujourd’hui Benaïria, chef-lieu de commune), une vieille femme qui gardait son troupeau dans les parages, sérieusement touchée, rendait l’âme peu de temps après. Les chasseurs de la région alertés aussitôt, abattirent la bête furieuse (aujourd’hui visible, à l’intérieur de l’enceinte de l’école Mohamed Belkheïra de Benaïria).
10 août : Nicole Louis entrepreneur, déclaré adjudicataire des travaux de grosses réparations du marché couvert de la ville d'Orléansville.
25/29 août : Un violent tremblement de terre frappe la région de Cavaignac (aujourd’hui Abou-El-Hassen, chef-lieu de daïra, située à 15 km de la ville de Ténès).
Décembre : M Gourgeot (41 ans), ancien secrétaire de communes mixtes (Ténès et Maillot), nommé en qualité de secrétaire général de la commune d’Orléansville. Il reçut le titre de secrétaire général honoraire de la mairie d’Orléansville.

1923
Jeudi 14 juin : Arrêté du gouverneur général de l’Algérie, portant nomination du Bachaga Benbouali El-Hadj Ben Mohamed, caïd de la commune mixte du Chéliff en qualité de membre du conseil supérieur du gouvernement.
Dimanche 24 juin : Inauguration du monument aux enfants de Pontéba morts pour la France.
Lundi 01 juillet : Nomination de Abboub El-Hadj ben Boumediène en qualité d’agent de police auxiliaire stagiaire à Orléansville en remplacement de Perez Thomas démissionnaire.
Samedi 03/22 août : Une partie de la forêt de Theniet-El-Haad (1500 ha), et la forêt de Dar-El-Oued (800 ha), classées comme parcs nationaux.
24 septembre : Application du régime de libre culture des vignes dans la commune d’Oued-Fodda (arrondissement d’Orléansville).
20 octobre : Construction d’un barrage réservoir sur l’Oued-Fodda à 6 km en amont de Lamartine (aujourd’hui El-Karimia, chef-lieu de daïra). La totalité des dépenses évaluées à 14.500.000 francs de l’époque.
07 novembre : Le maire de la commune d’Orléansville, inflige une retenue de solde de cinq francs à Madame Marfour gardienne du dispensaire, pour avoir laissé échapper le 04 novembre une indigène.
31 décembre : A cette date l’effectif du personnel de la commune se composait de 34 éléments : Gabriel Georgeot sécrétaire général de la mairie ; Joseph Ghnassia secrétaire adjoint ; Mino et Eugène Fissené (expéditionnaires) ; Melle Taurand dactylographe ; Dahmani Benyoucef et Hamidi Abdelkader (expéditionnaires auxiliaires) ; Benyamina Kaddour et Zoubir Maâmar (garçons de bureau) ; Garsuault agent-voyer ; Taurand chef-cantonnier ; Maret, Girieux, Ferrandès, Forner, Kheladi (cantonniers) ; Wegmann inspecteur de police ; Ernest Garros, Joseph Auclair, Abderahmani Ahmed , Khétib Ahmed et Taleb Tayeb (agents de police) ; Messabih Ahmed ben Miloud, Gaudel, Driouche, Delauzun (gardes champêtres) ; Lerebour garde des eaux ; Arizi Mohamed surveillant de la conduite d’eau ; Veuve Marfour gardienne du dispensaire ; Mesdames Pacot, Bazin, Calderon, Puigcerver et Lalia bent El Hadeb (femmes de charges).

1924
30 avril : Passation d’un bail de location des mûriers de la ville (arbre ou arbuste des régions tempérées de l’Asie et de l’Amérique dont les feuilles nourrissent le ver à soie) entre la commune d’Orléansville et M Louis Gibier pour installer une station expérimentale de l’élevage du ver à soie.
17 juillet : Considérant que le jet de pétards sur la voie publique constitue un danger, pouvant occasionner des accidents graves, le maire de la commune d’Orléansville fait interdire la vente des pétards ou toute autre pièce d’artifice à travers le territoire de la commune.
21 août : Approbation de l'arrêté municipal de la commune d'Orléansville du 15 juillet 1924, réglementant l'installation des distributeurs automatiques d'essence sur la voie publique.

1925
07 janvier : Le sieur Saïah Mohamed horloger à Orléansville est nommé horloger de la ville à partir du 01 janvier. Il est chargé de l’entretien des horloges et pendules de la commune : horloge de l’hôpital ; horloge du marché couvert et pendules de la mairie, de la justice de paix et du commissariat de police ; des horloges et pendules des écoles communales de la ville de la Ferme et de Pontéba. étreunes
02 février : L’article 1er de l’arrêté municipal de la commune d’Orléansville n° 166 stipule : « le prix de la course de la gare en ville à destination d 'un hôtel ou toute autre habitation Intra-muros ou vice-versa, est fixé à quatre francs (4 F ) ».
16 mai : Joseph Robert (58 ans), maire sortant, réélu à la tête de la commune d’Orléansville à la suite des élections municipales des 05 et 12 mai.
Juillet : Acquisition d’un appareil à rayons «X » pour l’hôpital militaire d’Orléansville (radiographie et radioscopie).
Octobre : A l’occasion de l’installation du nouveau préfet d’Alger, Mr Pierre Bordès (ancien préfet de Constantine, ancien secrétaire général du gouvernement général de l’Algérie et gouverneur général de l ‘Algérie en 1928), en remplacement de Mr Aliez, le conseil municipal de la commune d’Orléansville, transmet une adresse de bienvenue au nouveau préfet. ( à vérifier avec 1926)
02 décembre : Un blâme est infligé au nouveau garçon de bureau de la commune d’Orléansville, recruté le 01 novembre 1925 en remplacement de Benyamina Kaddour démissionnaire, par le simple fait de ne pas avoir effectué le nettoiement du bureau de M l’ingénieur le même jour à 8 heures du matin.

1926
20 janvier : A la suite de la démission présentée par l’horloger Saïah Mohamed, le sieur Otsmane Mahmoud horloger à Orléansville est nommé en cette qualité pour lui succéder.
05 février : La commune d’Orléansville passe un traité de gré à gré avec la société «l"Aster » de Paris (IX) 66, rue de la chaussée d’Anton, pour la fourniture à la commune de 450 compteurs d’eau volumétrique.
Dimanche 07 mars : Début du recensement quinquennal à travers le territoire de la commune d’Orléansville (l’opération devra durer trois jours ).
16 mai : En considération des travaux de réfection du pont dit «de la pépinière », passant au-dessus de la voie du chemin de fer, le maire de la commune d’Orléansville fait interdire la circulation jusqu’à nouvel ordre sur le chemin dit «avenue de la Gare » partie comprise entre la gare et la pépinière.
01 juin : La commune d’Orléansville décide à compter de ce jour de supprimer le poste d’agent-voyer communal.
19 juillet : Hommages publics : le conseil municipal de la commune d’Orléansville, décide d’attribuer le nom de «Docteur Bouteloup » à la rue dénommée «Rue de Rome ».
Juillet : La commune d’Orléansville sollicite une subvention de 10.000 francs du Gouverneur Général de l’Algérie pour l’acquisition d’un appareil à rayon X (radiographie et radioscopie) pour les services de l’hôpital militaire qui est dépourvu.
13 septembre : Arrêté préfectoral relatif à la limitation de la vitesse des automobiles. L’article premier de cet arrêté, stipule : « la vitesse maxima des automobiles est fixée comme suit, dans la traversée des agglomérations du département d'Alger (Orléansville faisait partie du département) : voitures de tourisme : 25 kilomètres à l’heure ; poids lourds (3 tonnes et au-delà) : 10 kilomètres à l’heure.
09 octobre : Sur proposition faite par le maire Joseph Robert, le conseil municipal de la commune d’Orléansville transmet une adresse de bienvenue au nouveau préfet du département d’Alger, M Pierre Bordès (ancien préfet du département de Constantine et Gouverneur Général de l’Algérie en 1928) en remplacement de M Aliez.
03 novembre : Arrêté gouvernemental exceptant la commune d’Orléansville des dispositions de l’arrêté du 22 août 1904 exceptant certaines localités de l’arrête du 20 août 1904 réglementant les conditions de l’exploitation du colportage, de la vente et de l’exploitation des écorces à tan, charbons, bois etc.
Lundi 08 novembre : A compter de ce jour et pendant toute la durée des travaux de réfection de la chaussée, la circulation est interdite sur la route nationale n° 4 d’Alger à Oran, dans les parties comprises depuis le croisement des rues d’Isly et de l’Ouarsenis jusqu’à son interdiction extra-muros avec le chemin de grande communication n° 2. Seront seules utilisables, les voies accédant à la porte des Gazelles et à la porte de Mostaganem.
31 décembre : A cette date la commune d’Orléansville dispose de 24 fractions. Vous trouverez le nom de la fraction et entre parenthèse le nom du chef de fraction. Moafkia (Belkacemi Cherif) ; Chettia (Bellabas Ahmed) ; El-Haddar (Oughri Maâmar) ; Ramlia (Benaouda M’hamed) ; El-Habbaïr (Ferhat Henni) ; Brancia (Bensaada Maâmar) ; Aziez (Dahmani Mohamed) ; Tegagra (Benssalah Mohamed) ; Chouïet (Benchouya Benmoussa) ; Chekalil (Taïri Djilali) ; Ouled Benyoucef (Belabdi Ahmed) ; El-Hammam (Drissi Mohamed) ; Bessakra (Fadène Benabed) ; Menasseria (Benmoussa Abdelkader) ; Maïzia (Boukhelef Ahmed dit Chaâchoue) ; Guelaftia (kecier Mohamed) ; El Aouabed (Benbia Mohamed) ; Kefafsa (Achitte Abdelkader) ; Ouled Mohamed (Khelafi Abdelkader) ; Cheurfa (Rachidi Kaddour) ; Sahnoun (Meloukaoui Zeggaï) ; Pontéba (Douma Ahmed) ; La Ferme (Bentata Mammar) ; Ard-Beïda (Arab Abdelkader).

1927
08 janvier : Le conseil municipal de la commune d’Orléansville donne son avis favorable à la Société industrielle de l’Afrique du Nord des pétroles en vue d’installer un dépôt de 200.000 litres de liquides inflammables au lieu dit «Parc aux bœufs » à proximité de la gare et du dépôt de la Société italo-américaine (l’actuel dépôt de stockage de carburant appartenant à l’entreprise NAFTAL).
15 février : Remise en vigueur à Orléansville de l'arrêté de M le Gouverneur général de l'Algérie du 02 avril 1906, réglementant les mesures destinées à combattre la propagation de la rage.
Mars : Gabriel Gourgeot (46 ans) secrétaire général de la commune d’Orléansville et le Dr Molbert, médecin communal, nommés officiers d’Académie par le ministre de l’Education et des cultes.
24 avril : Le maire de la commune d'Orléansville fait interdire la circulation de treize heures et demie à seize heures et demie, sur la route nationale d'Alger à Oran, dans la partie comprise entre les portes de l'Ouarsenis et la porte de Mostaganem pour l'organisation d'une fête publique.
Dimanche 01 mai : A l’occasion de la célébration de la fête des travailleurs, le maire fait interdire la circulation de 13 heures à 17 heures dans les artères suivantes : rue d’Illens, rue d’Isly, rue Jean-Jaures, rue Cavaignac, rue des frères Hernandez, Place Paul-Robert.
Juillet : La Société française des pétroles «Shell » formule une demande, pour installer un dépôt de stockage d’environ 106 m3 de liquides inflammables à Orléansville à proximité de la gare. Le conseil municipal émet un avis favorable lors de sa session ordinaire du 20 juillet de la même année.
11 août : Arrêté préfectoral n° 15933, autorisant officiellement la société anonyme française des pétroles «Shell » à s’installer à Orléansville.
08 octobre : Vu l’énorme bruit dégagé par l’appareil «Baudot » (instrument de télégraphe inventé en 1874 par l’ingénieur français Emile Baudot 1845-1903) installé à l’intérieur de l’enceinte de la poste d’Orléansville et gênant énormément les utilisateurs des cabines téléphoniques, le maire de la commune décide de le déplacer à un autre endroit moins encombrant.
Novembre : Graves inondations qui frappent Orléansville et sa région. Le barrage de Charon (aujourd’hui Boukadir), sérieusement endommagés par les catastrophiques crues qui inondèrent la région. (Le régime du Chéliff dans la plaine d’Orléansville, X Yacono, in Revue Af 1936 (1) 253. .Décès à Orléansville du conseiller municipal (depuis 1919) de la commune Mokhtari Abdelkader à l’âge de 80 ans

1928
17 janvier : Le conseil municipal de la commune d’Orléansville, demande au Gouverneur Général de l’Algérie de réserver le lot domanial n° 171 bis, pour la construction d’une école primaire supérieure des garçons à Orléansville (construite en 1930).
18 février : Dans le cadre de l’embellissement de la ville d’Orléansville, le maire expose à l’assemblée un programme qu’il a soumis à la commission des travaux pour la réalisations des travaux suivants : urinoir en béton armé à la Place d’armes ; un second en face de l’imprimerie du Progrès (l’immeuble existe à nous jours et appartenant à Ouled Larbi) ; un troisième avec WC au marché ainsi que la réfection de trottoirs dans la partie haute de la rue d’Isly (entre la pharmacie Richard et la porte de la gare) et pose de carrelage à la Place Paul Robert. .En considération de la cherté de la vie, la commune d’Orléansville décide d’élever le salaire annuel alloué à l’horloger de la ville Mohamed Otsmane de 1200 francs à 1800 francs.
Février : L’administration des PTT est sur le point de créer un circuit téléphonique Alger-Ténès par le littoral, pour alléger les deux circuits existant reliant Alger à Orléansville.
13 mars : Considérant que l'immeuble de M Bouthiba et consorts, situé rues du Théâtre et des frères Hernandez, compromet par son mauvais état la sécurité publique. Le maire de la commune d'Orléansville, somment les intéressés à effectuer en urgence les réparations nécessaires pour assurer la sécurité des voies publiques.
10 avril : Dans le cadre de la réorganisation du service hospitalier en Algérie, le conseil municipal de la commune d’Orléansville attire l’attention de l’administration supérieure sur la nécessité de maintenir à Orléansville un hôpital qu’il soit militaire ou civil (édifié en 1843 et entièrement rasé lors du séisme de 1980, aujourd’hui son assiette abrite le nouveau siège de la commune, inauguré au mois d’août 1996), étant donné que la ville se trouvant à 209 km d’Alger et 213 km d’Oran.
30 mai : L’école maternelle d’Orléansville, compte à cette date un effectif de 211 élèves. Au 1er octobre de la même année (soit à la nouvelle rentrée scolaire 1928-1929), 55 élèves (dont 29 filles) la quitteront et 156 y reviendront ainsi répartit (71 enfants de 5 à 6 ans «grande section » et 85 enfants de 2 à 5 ans «petite section »).
11 juillet : Eclairage public de la ville d’Orléansville : sur une demande d’un membre du conseil municipal de la commune qui propose de doubler les points lumineux existants et les portés à 180 points au moins, le maire Joseph Robert (1871-1959) répond qu’il mettra à profit de discuter cette proposition avec le concessionnaire, lors de son séjour à Paris qu’il effectuera prochainement. . Pour avoir transporté gracieusement d’Alger à Orléansville en train, d’un grand panneau décoratif destiné à la salle de la mairie, offert par le gouvernement général, le conseil municipal exprime ses plus vifs remerciements à M Jourdain, Directeur des chemins de fer PLM. . A la suite de la destruction de la conduite d’eau de Tisselabine, au lieu dit «Montagnes rouges ????? ???? » par des indigènes de la région à coups de pierres, et en endommageant sérieusement la vanne de vidange, le maire promet de sanctionner énergiquement les auteurs de cet acte de vandalisme, ce qui fait intervenir le conseiller municipal indigène Si Saïah Mustapha Si Henni qui précise qu’il s’agit en vérité que de procédés de petits bergers. . Remise gracieuse d’une partie des droits de voirie de l’année 1927 à M Jacob Elkaïm, pour occupation de trottoir avec son chariot mobile distributeur d’essence à Orléansville.
Août : La nouvelle église de la ville d’Orléansville qui sera implantée à la rue Dr Bouteloup (son assiette abrite aujourd’hui les locaux de la gare routière appartenant à M Tazgaït ), est sur le point d’être édifié et en envisage d’ors et déjà au transfert de la mosaïque de Saint Réparatus de la Place Paul Robert (actuellement abrite les locaux d’un chic hôtel*****) à l’intérieur de ce nouveau lieu de culte pour montrer le vestige précieux aux nombreux visiteurs qui viendront en ville à l’occasion du centenaire de 1930 (malheureusement aujourd’hui ce vestige historique a disparu et il n’en reste qu’une infime partie qui est visible au musée de la ville). Elle est en chantier en décembre 1929.
01 novembre : M François Guerieux (79 ans), cantonnier communal à la municipalité d’Orléansville démissionne de son poste (occupant un local communal situé dans le jardin public ‘l’actuel jardin public de la Place de la solidarité’ et qui doit le libérer au plut tard le 31 décembre). Vu les énormes services qu’il avait rendus à la commune et considérant qu’il n’est pas affilié à la caisse de retraite pour la vieillesse en raison de son âge (74 ans en 1923 lors de l’introduction pour la première fois du système de retraites à Orléansville), la commune décide de lui allouer un secours mensuel de 150 francs (son salaire était de 250 francs par mois).
15 décembre : Joseph Robert, maire de la commune d’Orléansville, remercié d’une manière chaleureuse et affectueuse, pour avoir doter après deux années de labeur, la commune d’un éclairage électrique moderne et d’avoir introduit le gaz en ville.

1929
28 janvier : Nécrologie : la commune d’Orléansville est en deuil à la suite du décès de M François Aléxis Magrey, premier adjoint au maire depuis 1919. Il se distingua de bel fort manière en portant son secours à la population orléansvilloise lors de l’épidémie destructrice de typhus de1920 –1921 qui ravagea la région (il reçut la médaille de vermeil des épidémies).
28 avril : Premier tour d’Algérie du cyclisme, qui part d’Alger à Ténès, de Ténès à Mostaganem, de Mostaganem à Oran à Sidi-Bel-Abbès, de Sidi Bel-Abbès à Mascara, de Mascara à Orléansville ((les coureurs arrivaient dans cette dernière ville probablement au début du mois de mai), Orléansville à Blida, de Blida à Bouira, de Bouira à Sétif, de Sétif àConstantine, de Constantine à Souk Ahras, de Souk Ahras à Bône, de Bône à Philippeville (Skikda), de Philippeville à Djidjeli, de Djidjeli à Bougie, de Bougie à Tizi-Ouzou, de Tizi-Ouzou à Alger. Deux mille trois cent kilomètres parcourus, sur les 75 coureurs engagés, 52 d’entre eux arrivèrent à terminer le périple enlevé par l’Algérois Marcel Colleu.
05 mai : Organisation des élections municipale dans la commune d’Orléansville à la suite de l’expiration du mandat du maire Joseph Robert (58 ans), qui est réélu pour un troisième mandat en date du 16 mai avec 33 voix (majorité absolue).
27 juin : Mesures énergiques prises par le conseil municipal de la commune d’Orléansville qui décide de ne plus prêter l’arroseuse automobile aux communes voisines sauf au cas où des vies humaines seraient en danger, de ne plus prêter aux sociétés locales le matériel des fêtes (bancs, drapeaux, guirlandes électriques) et de ne plus à la disposition de ces sociétés le personnel communal.
01 juillet : Le traitement de 1500 f, alloué annuellement par la commune d’Orléansville au Caïd Saïah Abdelkader est porté à 6000 f par an.
15 septembre : Le maire de la commune d’Orléansville préside à la remise de Nicham Iftikhar décerné par le gouvernement général de l’Algérie aux conseillers municipaux : Hyppolyte Laforest ; Ramon Sanchez ; Raymond Orfila ; au citoyen Tixous (président de la section d’Orléansville de la ligue des familles nombreuses) et Joseph Ghnassia, chef de bureau à la mairie.
30 octobre : Le Gouverneur Général de l’Algérie par lettre n°4883, donne son aval pour la construction à Orléansville d’une école primaire supérieure de garçons.
16 novembre : Démission du maire de la commune d’Orléansville, Mr Joseph Robert (1871- 1959 à Alger).
03 décembre : Louis Clément (67 ans), ancien maire de la ville de 1910 à 1919, élu maire de la commune d’Orléansville pour succéder au maire démissionnaire.
14 décembre : Désormais la rue de Tiaret (aujourd’hui………), baptisée Georges Clémenceau en mémoire de l’ancien Président du Conseil français décédé en France le 24 novembre de la mémé année à l’âge de 91 ans. . Le conseil municipal félicite l’administration supérieure qui envisage de construire un nouvel hôtel de postes à Orléansville et se déclare hostile à l’édification du nouveau siège postale à la place Victor Hugo, et en proposant de l’édifier à l’emplacement même où existe l’ancien siège. Le directeur de PTT accepte en date du 12 février 1930, la proposition d’agrandissement de l’hôtel de poste formulée par le conseil municipal.
28 décembre : Arrêté municipal réglementant l’exercice de la profession de taxi à travers la commune d’Orléansville (le permis de conduire, a été institué en France en décembre 1922), qui stipule en son article premier : « quiconque voudra mettre en circulation une voiture automobile de place avec stationnement à Orléansville, devra en faire la demande au maire, sur une feuille timbrée à 3 f 60 ; être français, naturalisé ou sujet français ; y joindre un extrait du casier judiciaire et un certificat de bonne vie et mœurs de moins de trois mois de date ». ( Important, insérer cet arrêté en annexe du présent ouvrage voir registre des délibérations de 1926-1933 n° 353).

version imprimable · envoyer cette page par email · 4720 lectures

Publicité

Sondage






Documents Divers
Billet 5 D.A 1970 (recto)
Billet 5 D.A 1970 (recto)
Notification de décision (1951)
Notification de décision (1951)
Elections départementales (1931)
Elections départementales (1931)
Billet 20 f en 1928 (verso)
Billet 20 f en 1928 (verso)
 


© Cheliff.org 2005
Site conçu et hébergé par l'équipe Delta-Soft
Chef de projet: M. Nadir Benhamouda
Historien et Ecrivain: M. Mohamed Tiab
Concepteurs Web: M. Abderahmane Teguia
M. Abdelaziz Belbachir